Diaspora Basque ?

La diaspora basque est un nom donné pour décrire la dispersion des Basques dans le monde entier. Un grand nombre de Basques a quitté le Pays basque pour émigrer principalement en Argentine, Chili et aux États-Unis ou ailleurs dans le monde. On la nomme parfois la «huitième province» du Pays basque.

Le sujet de la diaspora basque est rarement un sujet de conversation alors que l’émigration fut une vraie saignée en Euskal Herria. Par exemple, durant tout le XIXe siècle, sur une population de 120 000 habitants en Iparralde, 90 000 émigrèrent sans que la population diminue. Entre 1776 et 1860, c’est plus de 200 000 Basques qui partiront sur une population de 600 000 en Hegoalde. Après cinq siècles d’émigration, on estime présentement à 4 500 000 de personnes à l’étranger ayant des ancêtres directs basques et à 15 millions de personnes ayant une ascendance directe (Peut être 40 millions de patronymes à travers le monde).

Les deux exemples de personnes d’origine basque les plus connus sont Simon Bolivar et le Che Guevara. La diaspora est actuellement dispersée à travers le monde, et les personnes du groupe ethnique basque, forment une identité collective distinctive à la culture dominante de leurs sociétés respectives. La majorité d’entre eux s’est assimilée aux sociétés qui les ont accueillis et a coupé les liens avec le Pays Basque. Nonobstant parmi cette diaspora, quelques milliers de gens veulent retrouver leurs racines et ainsi se définissent d’origine ethnique basque tout en restant attachés à la nation dans laquelle ils sont nés. La diaspora est une réalité culturelle plurielle, et non une communauté monolithique et homogène.

Les personnes qui la représentent actuellement vivent principalement en Argentine (20 000 membres en euskal etxe parmi 3.9 millions de descendants (10%)) et au nord-ouest des États-Unis (58 000). Il y a en a aussi en Allemagne (31 000), au Mexique (110000), en Uruguay (102200), en Australie (10 000) et au Chili (2500000). Grâce aux centaines d’Euskal etxeak (« les maisons basques »), qui sont des associations réunissant les Basques et les bascophiles, qui proposent des activités socioculturelles, un lien est créé entre la diaspora et le gouvernement de la Communauté autonome basque, ainsi qu’avec certaines municipalités du reste du Pays Basque, favorisant ainsi les échanges culturels par la suite.

Nombreuses sont les chorales et les danseurs traditionnels qui parcourent l’Amérique pour faire découvrir leur culture régionale par l’intermédiaire des Euskal etxeak. Suite au vieillissement et à un renouvellement extrêmement faible des populations immigrantes, une loi fut votée par le parlement basque en 1994 avec pour objectif de définir les relations entre la Communauté autonome basque, présidé par le Lehendakari ou Président Juan José Ibarretxe, et les Euskal Etxeak.

Le but est de développer des programmes pour la promotion de l’euskara avec parfois des aides financières. La diaspora promeut activement son identité au travers la danse, la gastronomie et les jeux. Les gens ayant une ascendance basque vivent principalement dans vingt trois pays à travers le monde situé presque exclusivement sur le continent américain. Ils sont organisés et forment plus de 212 Euskal Etxeak, organisant des milliers d’activités socioculturelles chaque année en vue de maintenir la culture vivante. La première organisation moderne d’émigrants a été établie à Montevideo, Uruguay, en 1876, suivi d’une à Buenos Aires, en Argentine et d’une autre à Manille, aux Philippines l’année suivante. La diaspora reste nombreuse, dispersée toutefois elle est âgée, l’émigration s’étant pratiquement arrêtée dans les années 1960.

La constitution d’établissements et de réseaux sociaux spécifiques à travers des associations, recoupe plus de 18 000 membres. Ces établissements ou Euskal Etxeak favorisent les interactions transnationales (C’est-à-dire entre Euskal Etxeak) ou transfrontalières (c’est-à-dire avec le Pays Basque). La dispersion à travers le continent américain, montre aussi une diversité linguistique ou des réalités quotidiennes au Canada par exemple qui peuvent différer grandement de celle de l’Uruguay. Depuis des générations, la diaspora s’intègre et s’adapte aux diverses populations et remodèle sa basquitude ou « basquité » (néologisme comme la « francité » au Québec). L’Argentine détient le record de 98 Euskal Etxeak regroupées au sein de la FEVA fondée en 1955 à Mar del Plata. Aux États-Unis, lors du recensement ethnique en 2 000, 57 793 personnes se reconnaissent comme basques et plus de 41 organismes Basco-Américains (dont 4 ont nouvellement été crées) travaillent quotidiennement pour maintenir et favoriser l’identité basque, chapeauté par NABO ou North American Basque Organization. 20% des Uruguayens ont des origines surtout basco-françaises, tout comme le Chili.

(Source : muturzikin)

basque_ancestry_by_countryMap de ceux qui ont des origines basques.

     >  3.000.000     >  1.000.000     >  500.000     >  50.000     <10.000